12/11/2017

Xterra - Championnat du Monde 2017!

Je fuis l’homme qui me suit pour me hisser dans un fauteuil roulant, rampant dans l’herbe grasse du Ritz Carlton hotel, le cœur au bord de l’explosion!
Ah, je crois que j’ai commencé l'histoire par la fin!

L’histoire commence par un coup de canon sur une plage de sable blanc. Coup de canon qui jette 800 boulets bonnets dans les rouleaux blancs qui se succèdent dans l’immensité turquoise du Pacifique.

Bienvenu à Kapalua, Maui (Hawaï) pour l’édition 2017 du « X-terra World Championship ».

Un petit canon posé sur la plage, une détonation assourdissante ouvre ces championnats et déjà il faut passer la vague le plus vite possible alternant nage, plongeon et course. Les sensations sont bonnes et je me concentre pour nager proprement (comme m’a appris Joël). Je gère le rythme pour ne pas partir trop vite et ménager mon épaule gauche en souffrance. Un concurrent prend la fâcheuse habitude de saisir ma jambe, je le dissuade de m’utiliser comme tracteur en quelques battements bien amples !
Ça frotte au passage de la première bouée, j’ai l’impression de tirer des bords, avec la houle je n’arrive pas à voir si je suis dans la bonne direction. Je m’applique et me répète les consignes de Joël comme une musique.

Premier bodysurf de la journée pour gérer la sortie à l’australienne (un passage sur la plage au milieu de la natation). J’entends Ombeline qui m’encourage. Je replonge et retrouve mes marques rapidement. Je vise l’arche de sortie pour aller le plus droit possible. Une belle vague me propulse vers la sortie à toute vitesse, je m’allonge comme un chat qui s’étire pour gagner quelques mètres... Error! Ma tête se fracasse dans le fond marin, que le sable est dur ! Ca a craqué ! 
Je palpe mon nez, je passe ma langue sur mes dents, rien de méchant quelques égratignures et petits saignements. 
Je cours vers le parc à vélo et regarde combien de vélos sont déjà partis. Beaucoup ! 



Les jambes sont là et je m’arrache pour doubler, doubler, je suis incroyablement concentré et déterminé, je m’applique. Le circuit devient plus étroit et je remonte des grappes de concurrents. Left, Left !! Je demande le passage et malgré la souffrance et quelques maladresses les « guys »sont exemplaires « Thank you guys, be strong »,  l’esprit sportif transpire dans cette montée vers Ressort Ridge, ah que c’est bon!
La forêt d’Eucalyptus laisse place au vert tendre des prairies, puis on bascule pour une descente rapide et piégeuse que j’ai reconnue deux fois, particulièrement pour cette portion glissante qu’il faut aborder très vite en évitant les ornières. Difficile de trouver le temps pour boire et s’alimenter sans relâcher le rythme.

Je double toujours et perds un peu de temps dans les « single track ». Le départ en natation s’effectuant par catégorie d’âge, je suis parti 15 minutes après le premier départ et je me retrouve derrière des gens qui grimpent fort mais peu habiles en VTT. Je reste concentré sur la moindre opportunité de dépassement.
Je retrouve Ianis  qui a plié sa roue dans la descente et court à côté de son vélo, dommage « tien bo, Largue pa ».
La fin du vtt est grisante, le sentier serpente dans les eucalyptus, les filaos, les sapins. Le sol est propre et c’est du pilotage pur !

Le tunnel marque l’arrivée au Ritz Carlton et la transition pour lae trail de 10 km. J’enfile mes Hoka Tracer et pars le couteau entre les dents dans la montée du Golf, là encore je ne fais que doubler. 
Je soigne ma foulée et m’arrose d’eau fraiche à chaque ravitaillement. Il fait très chaud, je suis au maximum de ce que sais faire, même plus ! Je double encore un gars de ma caté, puis un autre avant de débouler sur la plage, un des deux me repasse devant et je m’accroche puis le redouble, il sprinte, je suis, il va craquer, il va craquer… non il ne craque pas et me prends quelques mètres, je passe la ligne et m’effondre à côté de lui, je lui tends la main «  Good job, guys ». 
Je ne peux pas me lever et rampe, mon collier de fleurs et ma médaille autour du cou pour fuir l’infirmier au fauteuil chargé de déblayer la ligne d’arrivée ! 
Tom est là, assis dans l’herbe en toute simplicité, tout sourire, médaillé de bronze dans sa caté ! Respect ! Adrien a réalisé un super chrono.
Ianis finit ce Xterra malgré sa casse vélo, et Elisabeth rate sans doute le podium avec une crevaison, Nathalie réalise aussi un très beau chrono. Nicole termine 15j après l'Ironman de Kona!
6ème, j’échoue à 16 malheureuses secondes du podium, après 3h23 d’effort nous étions 4 en 16 secondes, c’est fou ! Et pourtant je n’ai aucun regret, ma course a été très belle et très positive. 

Le travail de renforcement et de natation avec Joël Hauss, l’entrainement mental basé sur la détermination, la concentration et la force mentale, les séances de vélocité sur home trainer ont largement contribuées au bonheur d’avoir le sentiment d’avoir donné le meilleur et d’imaginer comment progresser encore.

Il parait que l’on commence à vieillir quand on vit dans ses souvenirs, il faudra attendre encore un peu car j’ai des rêves plein la tête et des idées précises pour les réaliser!


Je n’aime pas trop citer les soutiens dans les récits et pourtant il sont bien là pour m’accompagner toujours et encore dans mes nouveaux défis aveuglement et humainement. Merci.

Hoka One One, Experun Performance, Deleage Expansion, Punch Power, Julbo, HTmoi, Happy Bikes
 Souvenirs au départ...
Avec Elisabeth, presque la même qu'au Xterra France 2017!
 Souvenir de la dernière soirée...

1 commentaire:

nathalie roux a dit…

Admirative je suis ! Bonne continuation. Nat Roux